20 conseils pour devenir bon en maths !

devenir bon en maths

Nous avons pris sur nous d’écrire LE guide ultime pour progresser en mathématiques. Ne nous remerciez pas, c’est notre métier. Dans cet article, nous vous livrons un guide complet que nous répétons sans cesse à nos élèves, et croyez moi ils ont le crâne dur. Attention, certaines de ces astuces pourraient vous surprendre…

PENDANT le cours, faire les exercices en direct.

La première fois que vous êtes confrontés à un exercice de maths, c’est pendant le cours. Imaginons que ce soit l’exercice de calcule de l’hypoténuse (On choisit celui là parce qu’il en a traumatisé plus d’un).

La première fois que le prof donne un exercice en cours, personne ne comprend. Je répète, personne ne comprend un exercice du premier coup. C’est donc extrêmement peu probable que vous arriviez à le faire. Alors pourquoi se fatiguer à essayer de le faire ?, me direz vous !

Eh bien, parce que vous ne pourrez pas vous souvenir d’un exercice de maths si vous n’avez pas souffert dessus. C’est une règle assez bête, mais diablement efficace. No pain, no gain, comme diraient nos confrères outre-atlantique.

Le cerveau fonctionne exactement comme un muscle, et à ce titre, il se modifie d’autant plus que l’effort que vous lui demandez est intense. Quand vous avez devant les yeux un exercice que vous n’arrivez pas à faire, ne vous arrêtez pas à ce constat. Faites vous mal. Essayez quand même. Recopiez la formule. Tentez des choses en les écrivant. Maudissez-vous de ne pas y arriver. Essayez de copier sur le voisin. Tapez le sur google, et voyez si vous pouvez trouver la correction. Bref, n’importe quoi tant que vous essayez vraiment de faire l’exercice. Plus vous aurez essayé, plus votre cerveau va comprendre l’énoncé, s’en souvenir, et plus vous avez de chance de vous souvenir de la correction.

Une fois que vous avez bien galéré, vous êtes en sueur, la migraine vous arrache un oeil, vous êtes sur le point de fondre en larme, et là, comme par miracle, le professeur commence à écrire la correction au tableau…

PENDANT le cours, prenez la correction comme si votre vie en dépendait.

La correction, c’est la base de la base, on ne le répètera jamais assez. La correction est à la progression en maths ce que les chaussures sont au coureur, le tutu à la danseuse, la simulation aux joueurs de foot, etc.

Prenez la correction comme si vous étiez en train d’écrire une lettre d’amour à l’être aimé. D’abord, parce que si vous avez suivi le conseil numéro un, cela fait maintenant 2O minutes que vous vous saignez à essayer de résoudre l’exercice, vous venez de traverser un désert mathématique des plus sec et des plus aride, et cette correction c’est votre oasis, votre fontaine à eau, et vous seriez presque prêt à embrasser les pieds de votre chameau de prof de maths.

Prenez cette correction religieusement parce que vous allez la relire au moins quatre fois ! En effet, et c’est la première et pas la dernière fois qu’on vous le dit : travailler les maths, c’est avant tout travailler des EXERCICES DE MATHS. Pour tout ceux qui prétendent bosser les maths en lisant leur cours, SPOILER, ça ne sert (quasiment) à rien. Les maths, au lycée, ça se fait sur son cahier d’exercice. On y reviendra.

Plus vous allez mettre d’amour dans la prise de correction, plus votre cerveau sera à même de se souvenir de cette correction. Une correction torchée est une correction oubliée.

prise de note
Extrait du cahier d’exercice de Galilée. Le mec fonctionnait surtout au talent…

La forme est essentielle, mettez de la couleur, soulignez, surlignez, faites des petits ronds, des petits coeur, n’importe quoi pourvu que votre cerveau arrive à individualiser cet exercice, et s’en souvienne parmi les milliers que vous allez voie d’ici à votre bac.

Votre cahier d’exercice est votre Bible, votre livre saint, c’est lui qui va vous guider tout au long de vos révisions, c’est lui qui contient, de manière fragmentée, le contrôle que vous allez avoir ! On n’y reviendra, mais les profs de maths composent les contrôles à partir des exercices que vous avez fait en cours ! On ne peut pas vous demander d’inventer quoi que ce soit ! Toutes les questions sur lesquelles vous serez évaluées sont des questions que vous avez vu au moins une fois en cours, et donc sont dans votre cahier d’exercice.

Une fois que la correction est notée, c’est le moment de s’énerver…

PENDANT le cours, arroser le prof de maths de questions.

Une fois, et une fois seulement que vous avez pris la correction, vous pouvez commencer à vous demander si vous l’avez compris. Pourquoi seulement après ? me direz-vous. Quelle question !

Vous vous souvenez de Fort Boyard ? A la fin, quand ils vont dans l’espèce de cage pour ramasser les boyards, qu’ils s’en mettent plein le tee-shirt et qu’ils font des allers-retour… Non vous ne vous en souvenez pas ? Allez je vous la met.

Regardez bien, est-ce que vous avez l’impression que les candidats comptent leurs boyards avant de les ramener ? Réponse : NON. Ils ne les comptent pas, ils attendent la fin du chrono avant de s’inquiéter de savoir combien ils en ont !

Eh bien c’est exactement pareil avec la correction ! D’ABORD, on prend la correction, ENSUITE, on comprend.

Et pour comprendre, il n’y a que deux solutions :

  • Soit vous comprenez immédiatement, parce que vous vous êtes correctement saignés à chercher la solution par vous-même, et alors là c’est l’extase, le kiff mathématique pure, des frissons dans tout le corps et un élève qui se liquéfie sur sa chaise. C’est pour ça qu’on aime les maths. Quand on passe de la larve non compréhensive, au demi dieu qui a compris.
  • Soit vous ne comprenez pas. Et alors là, il n’y a qu’un réflexe à avoir. Aussi vite que l’éclair : on lève le doigt, et on dit : « J’ai pas compris Monsieur/Madame« .

VOTRE PROFESSEUR DE MATHS EST LA POUR VOUS FAIRE COMPRENDRE. C’est son travail, sa raison de vivre, sa sainte vocation. Vous êtes là pour comprendre, c’est ce qui justifie votre présence dans la classe, plutôt que dans votre canap où à la plage. Alors je répète, si vous ne comprenez pas, la première étape c’est de le dire au prof. Et croyez moi, ça devient tellement rare les élèves qui avouent ne pas comprendre, que quand vous aller le lui dire, il va en rester complètement baba.

Vous êtes en droit d’exiger de votre prof qu’il vous explique. De la même manière qu’il a le droit de vous demander de ne pas faire de snap en cours. C’est son travail, et dans cet aspect là, vous êtes un client qui a le droit d’être exigeant. Exigez de lui qu’il vous explique ce qu’il est en train de faire. Si vous ne comprenez pas, ce n’est pas de votre faute. Il est plein de ressources, il peur expliquer différemment !

Vous devez absolument sortir du cours en ayant la réponse à vos questions. Si pour X raisons (classe trop perturbée, trop de questions, etc…), vous n’arrivez pas à vous faire entendre pendant le cours, allez le voir à la fin du cours. Et s’il part en courant, arrosez le de mail, attendez lui devant chez lui, écrivez à sa femme. Tout est bon dans ce domaine.

Refaire les exercices en rentrant chez soi.

Nous avons fini la première phase qui correspondait à la phase en classe. Félicitations, vous avez un exercice de maths, sa correction, et vous pensez l’avoir compris.

SPOILER : VOUS N’AVEZ RIEN COMPRIS !

tu ne sais rien john snow.

Vous pensez l’avoir compris, et c’est tant mieux, parce que vous rentrez chez vous l’esprit léger, avec au ventre la chaude sensation du devoir accomplis, et vous méritez bien ça vous qui vous êtes acharné pendant les deux heures de cours.

Alors on prend son goûter, sa petite banane, et on s’y remet parce que ce n’est que le début.

Refaites le soir même les exercices de la journée. LE SOIR MÊME ! Parce qu’il faut battre le fer tant qu’il est chaud, le cerveau a à peine commencé à traçer la chimie de la compréhension, c’est le moment de frapper dure et de marquer au fer vif votre intelligence de cet exercice !

Refaire un exercice, c’est le refaire évidemment sans la correction. Qu’il est facile de se convaincre qu’on a compris en lisant une correction ! Surtout qu’elle est belle note correction. On commence les exercices en planquant son cahier dans une autre pièce. Et on recommence à se faire mal. Encore et encore. Et on se rend compte qu’on pensait avoir compris, mais que des pans entiers de la correction manquent à l’esprit. Alors on se fait du mal. On essaie de se souvenir. Encore en encore. Et quand on est sur le point d’abandonner, on jette un mini coup d’oeil à son cahier de réponse et on le referme immédiatement. Jusqu’à ce qu’on soit capable de réécrire entièrement la correction, tout seul.

Là. Là seulement, vous avez fini. Enfin presque. Vous devez encore faire les exercice pour le cours suivant !

Faire aussi ses devoirs pour le cours suivant !

De la même manière que vous avez souffert en cours pour essayer de trouver la correction de l’exercice avant que le prof ne la mette au tableau, essayez de faire les exercices que le prof donne d’un cours à l’autre ! On est toujours sur une base un peu maso de no pain, no gain. Plus votre cerveau a souffert sur un exercice, plus vous vous en souviendrez !

A ce titre, les exercices à faire à la maison peuvent se regrouper en deux catégories :

  1. Les exercices qui remontent le moral. Ce sont en général de légères variations autour de ce que vous avez fait en cours. Les nombres ont un peu changé, on vous demande de prendre une ou deux initiatives, mais globalement, si vous avez bien suivi les 4 premiers conseils, vous y arrivez, et mon Dieu, que c’est bon !
  2. Les exercices qui dépriment. De loin la meilleure espèce. Votre prof vous demande d’utiliser le muscle le moins valorisé de notre société thermique : le cerveau. Vous allez, encore une fois, essayer de faire quelque chose que vous n’avez jamais fait. Pas une simple variation autour d’un exercice que vous connaissez, non, quelque chose de 100% nouveau. Le cauchemard. Faites le ! Vraiment ! Faites vous mal. Rêvez en la nuit. Plus vous en aurez souffert, plus le cours suivant sera agréable !! Non seulement vous aurez une base de compréhension solide de ce qui s’est fait avant, mais en plus vos neurones vous supplieront d’écouter la correction ! Faites le !

Après une journée de travail, une bonne nuit de sommeil.

La nuit, votre cerveau analyse, stock, range tout ce que vous avez appris pendant la journée. Ne sous-estimez pas le sommeil dans votre travail ! Non seulement c’est une partie des plus essentielles pour la mémoire, mais c’est aussi la partie la plus agréable !

un élève en train de dormir

Faites des fiches résumé de cours

Les fiches de résumé de cours sont indispensensables à votre réussite. Je ne plaisante pas, on a jamais vu un élève dépasser les 16 en maths sans un solide système de fiches.

classeur de fiches
Un magnifique classeur de fiche.

Comment je fais mes fiches ?

Alors là, je vous explique comment on procède chez Cours Galilée : Il n’y a aucun chapitre de maths, que ce soit au collège ou au lycée, qui ne puisse tenir sur le recto d’une fiche A5. Votre but est de concentrer au maximum les informations, et à enlever tout ce que le cours comprends et qui ne soit pas absolument nécessaire. Exit donc les démonstrations, les exemples, les longues phrases introductives, les définition bateau etc.

On ne garde que les théorèmes, et encore on les met à poil complet en ne gardant que ce qui est absolument nécessaire.

Un ecemple, ci dessous une capture d’écran du théorème de Pythagore :

théorème de pythagore

Eh bien, une fois le théorème fiché, il ne nous reste plus que :

THéorème de pythagore fiché
Une fiche qu’elle est super bien concentrée

Vous voyez ? On a tout fait sauter sauf les informations absolument nécessaires :

  • C’est un triangle
  • Il est rectangle (L’angle droit apparaît en rouge)
  • La relation entre les trois côtés (en rouge aussi pour que ça saute aux yeux)

Mais pourquoi faire des fiches ?

On y reviendra dans un article plus long, mais pour au moins quatre raisons :

  • Faire des fiches vous oblige à vous pencher sérieusement sur le cours. En effet, l’esprit de synthèse nécessaire à la compilation et à la concentration d’information vous oblige à concentrer vraiment votre cerveau sur l’énoncé d’un théorème, et donc à l’imprimer dans votre mémoire.
  • Faire des fiches vous permet de voir le cours dans son ensemble. En effet, vous avez l’intégralité du chapitre sous les yeux, et cette approche systémique vous permet de comprendre comment vont s’articuler les problèmes.
  • Faire des fiches, quand elles sont bien faites (avec des couleurs, du surlignage etc), fait travailler votre mémoire photographique. Si vous vous êtes demandé comment rendre un témoignage joli, et que vous avez besoin de ce théorème à un moment, vous vous souviendrez de l’image que vous avez dessiné sur cette fiche !
  • Faire des fiches c’est un pari sur l’avenir ! Dans six mois, quand vous aurez complètement oublié votre théorème de Pythagore, un simple coup d’œil sur votre fiche et tout le chapitre vous revient !

AVANT le contrôle, refaire tous ses exercices une fois

Les semaines ont passé, vous avez continué votre routine de travail, et vous sentez les bénéfices de votre travail qui vous remontent un peu plus le moral chaque jour. Vous n’avez plus la boule au ventre avant d’entrer en classe, le prof de maths connaît votre prénom, il vous lâche même un petit sourire quand vous rentrez, bref, vous commencez à prendre la confiance.

chien content

Quand le prof de maths annonce le contrôle, c’est le moment de s’y remettre. Vous avez une semaine ou 10 jours devant vous. Commencez par refaire entièrement tous les exercices que vous avez fait au cours du chapitre. Tous. Du plus insignifiant, jusqu’au gros problème qui vous a fait vous arracher les cheveux la veille.

Encore une fois, on ne regarde la correction qu’en cas de désespoir absolu. C’est logiquement la troisième fois que vous refaites l’exercice, vous devriez être presque capables de le faire entièrement tout seul.

Evidemment, on refait aussi ses devoirs maison. Pourquoi ? Parce que les devoirs maison est ce que vous avez eu jusqu’à présent qui ressemble le plus à un contrôle. Les exercices sont souvent des problèmes qui font appels simultanément à plusieurs points du cours. Enfin bref, exactement ce que vous voulez pour vous préparer.

AVANT le contrôle, refaites tous les exercices une deuxième fois !

Ce point est optionnel, mais il est fortement recommandé. En faisant les exercices pour la quatrième fois, vous allez noter quelque chose auquel vous n’êtes pas habitué.

De l’ennui.

Oui de l’ennui, pas de l’ennui que l’on ressent quand on écoute ou on fait quelque chose auquel on ne comprend rien, de l’ennui parce que vous allez trouver toute cette histoire beaucoup trop facile.

Il y a une règle de base: Quand on commence à s’ennuyer en maths, c’est qu’on a compris.

Félicitation, vous êtes prêts pour votre premier contrôle !

félicitations

PENDANT le contrôle, travailler par strates

Le travail par strate est une technique de progression en contrôle qui consiste à s’assurer que l’on peut prendre le maximum de points possibles. Cela se pratique de ma manière suivante :

  • Une page double par exercice. En effet, le fait d’avoir chaque exercice distinctement associé à une feuille vous permettra d’aller et venir sur les exercices sans que ce soit le bordel absolu sur votre copie, ni que vous ayez besoin de couper les exercices en morceau.
  • On commence sur le premier exercice, et dès qu’on a le moindre problème, on passe à l’exercice suivant! En effet, les premiers exercices d’un contrôle sont très souvent les plus simples. En faisant ainsi on s’évite de prononcer des phrases comme « Oh non je suis dégouté l’exercice 4 était suuuuper facile et j’ai rien fait parce que j’ai passé deux heures à essayer de finir l’exercice 2 qui était trop dure ! »

Une fois qu’on a fait un premier tout des premières questions du contrôle, on reprends le premier exercice et on fait les questions un peu plus dures.

Une fois le deuxième tour finis, et s’il nous reste du temps, on s’attaque aux questions les plus difficiles.

De rien. Cette technique devrait vous changer la vie.

PENDANT le contrôle, le brouillon est ton meilleur ami

Concernant la rédaction des contrôles, clairement, deux écoles s’affrontent :

  • Ceux qui écrivent au crayon sur la copie, puis repassent au stylo une fois qu’ils sont sur.
  • Ceux qui écrivent d’abord au brouillon, avant de rédiger directement au stylo sur la copie.

Chez nous, on est fan de la deuxième solution. En effet, on jette au brouillon les grandes lignes de l’exercice (essentiellement les calculs), et ensuite on rédige proprement, ce qui nous permet d’éviter de poser le blabla deux fois, et nous fait gagner un temps précieux.

brouillon de maths
Un brouillon retrouvé dans le cartable du petit Galilée

D’autre part, ne négligez jamais le pouvoir de l’écriture. Les exercices de maths, dés lors qu’on dépasse un certain niveau, ne sont pas fait pour être résolus de tête. Autrement dit, ce n’est pas en regardant votre exercice dans les yeux que vous allez le résoudre. Votre cerveau n’est juste pas assez puissant pour effectuer toute la démonstration de tête.

La règle c’est : si je ne sais pas comment faire, j’écris quelque chose. N’importe quoi. Je reprends l’énoncé par exemple. Et puis je met un signe équivalent, et j’écris la même chose en variant légèrement. Et ainsi de suite et ainsi de suite.

Bien souvent, dans exercice de maths, la ligne la plus dure à écrire est la première. Un fois que c’est fait, ça roule !

Prenez-vous une ou deux tolles utiles au contrôle.

Bon vous avez tout fait bien, et le jour où le professeur rend le contrôle, vous avez 8. Et vous pleurez.

pleurs

C’est bien, pleurez, criez, hurlez à l’injustice, à toute cette énergie que vous avez dépensé pour rien, à ce monde injuste, cette vie sans aucune forme de sens et j’en passe, et j’en passe.

Pourquoi je me suis planté ?

Quand vous avez fini de pleurer, remettez vous au boulot. Il faut trois mois avant qu’une routine de travail ne porte ses fruits. Pourquoi ?

  • Parce que vous êtes encore une brèle en calcul, et que vous avez perdu du temps à faire des choses simples.
  • Parce que vous n’avez pas encore intégré pleinement le fait que vous êtes capables d’y arriver, et vous ne vous êtes pas lancé dans des questions qui étaient pourtant accessibles à votre niveau.
  • Parce que vous n’avez pas encore intégré les bases de la rédaction en contrôle, et que le prof vous a sanctionné sur des erreurs formelles.
  • Parce que vous vous traînez tout un tas de petites lacunes des années précédentes, et que certaines de ces lacunes vous ont pénalisé sur ce contrôle.
  • Etc, etc.

C’est quoi une tolle « utile » ?

Une tolle utile, c’est une tolle grâce à laquelle vous allez progresser. Et pour progresser, il va falloir mettre les mains dans le ****.

Refaites entièrement les parties que vous n’avez pas réussi à faire. Le plus vite possible, en vous aidant si possible de la correction donnée par le professeur.

Si vous ne prenez pas le temps, de refaire correctement la correction, vous ne pourrez jamais progresser sur les exercices que vous avez loupés.

N’hésitez pas à mettre à profit votre professeur. Un professeur est toujours content quand un élève vient le voir à la fin du cours, pour y demander des astuces de correction.

Travaillez votre calcul

Le calcul est aux mathématiques ce que la grammaire et de la dissertation. Il est absolument inimaginable de réussir un contrôle de maths si vous n’êtes pas capables de faire du calcul correctement.

Vous pouvez maîtriser parfaitement tous les théorèmes, connaître vos définitions par cœur, si vous n’êtes pas capables de simplifier une fraction, vous n’arriverez tout simplement pas à faire les exercices.

Le calcul s’apprend pendant les classes de collège et au début de la seconde. Si vous avez été malades, centrée pendant ces années-là, il est fort probable que vous voudriez des lacunes jusqu’au lycée.

Encore une fois, vous ne pourrez pas réussir à faire vos exercices si vous ne maîtrisez pas les bases du calcul. Contrairement aux Français où même si vous fait défaut d’orthographe vous pouvez toujours rédiger une rédaction, vous ne pourrez jamais réussir un exercice de maths si vous faites des heures de calcul.

Nous avons créé une feuille d’exercices de calculs spécialement dédiée aux élèves de lycée. Elle comprend 40 exercices, et vous pouvez trouver ici.

Gardez votre routine de travail sur le long terme

Gardez en tête que réussir en maths c’est un marathon, pas un sprint. Les résultats monteront d’autant plus que vous êtes capables de conserver l’effort sur le long terme, et quel que soit le résultat.

Ne vous laissez pas impressionner ni par les mauvaises notes, ni par les bonnes.

Comme dans un marathon, vous ne pourrez tenir sur le long terme que si vous gérez la douleur comme il se doit. La règle est simple : si ça fait trop mal, c’est que vous en faites trop. Ménagez vous, ne vous tuez pas au travail, les résultats vont arriver, prenez le temps de travailler !

Trouvez vous des exercices supplémentaires

Vous l’aurez compris, en mathématiques, on travaille essentiellement sur des exercices. Si vous êtes venus à bout des exercices et des corrections que vous a proposé votre professeur, vous pouvez en trouver d’autres !

Il existe plusieurs solutions pour trouver des exercices corrigés : les manuels papier, ou internet.

Les exercices corrigés sur les manuels papier

L’avantage des manuels papiers est que vous pouvez-être quasiment sur de la qualité de ce qui est proposé. Les énoncés, ainsi que les solutions sont rédigés par des professeurs de maths agrégés généralement en poste.

Parmi ces éditeurs ont trouve les éditions Hatier, mais aussi plein d’autres. Nous ferons un article là dessus.

Les exercices corrigés sur internet

Les exercices corrigés de maths sur internet sont légion, et ont aussi l’immense avantage d’être gratuits.

Le seul problème que vous pourrez rencontrer, ce sera la qualité de la correction. En effet, la plupart des corrections ne sont pas rédigées par des professeurs de maths. Vous devrez donc être capable de faire le tri entre ceux qui proposent des exercices correctes, et ceux qui n’en proposent pas.

Nous allons rédiger un article là dessus, mais en attendant, pour être sur de trouver des exercices de qualité, consultez nos ressources en exercices de maths, rédigées par votre humble serviteur.

Trouvez vous des contrôles pour vous entraîner

Les contrôles corrigés de maths sont à utiliser de manière complémentaire avec les exercices corrigés, et non pas en remplacement.

Une fois que vous avez épuisé les exercices corrigés, vous pouvez passer aux contrôles. Encore une fois, les contrôle ont un double avantage par rapport aux exercices :

  • Les contrôles de maths correspondent aux exercices qui vous seront donnés pendant l’évaluation. Ce sont des exercices progressifs, complets, qui font appels à de nombreuses notions et ce de manière croisées. Ce n’est absolument pas la même chose de résoudre un petit exercice que de faire un long contrôle.
  • Les contrôles de maths se retrouvent entre les professeurs. Comprenez que les professeurs se les échangent entre eux, et les prennent aux mêmes endroits ! Plus vous vous entraînez sur des contrôles donnés, plus vous avez de chance de retomber sur le même contrôle le jour de l’évaluation.

Comment trouver ces contrôles ? Le plus simple est de demander à vos frères et sœurs s’ils ont conservé leurs contrôles, ou encore à des amis si vous en avez qui sont dans les classes supérieures. De cette manière, vous avez les contrôles qui sont donnés dans votre lycée, voir par le même professeur, et alors là c’est le jackpot.

Sinon, nous mettons à votre disposition une bibliothèque de contrôles corrigés de maths, qui correspond à tous les contrôles donnés dans la région de Toulouse que nous corrigeons avec amour pour vous !

Travaillez dans un lieu adapté

On ne le répètera jamais assez : mieux vaut une heure concentré dans un endroit au calme que deux heures avec Snap allumé et la petite sœur.

Tout est bon pour ça : bibliothèque, votre chambre, un café que vous aimez bien et qui n’est pas trop bruyant.

BEPU toulouse
La bibliothèque du patrimoine à Toulouse, pour nous l’endroit ultime pour réviser.

Une fois que vous avez trouvé un endroit qui fonctionne, tenez-vous-y. Le cerveau a besoin de routine pour être concentré. Si vous changez d’endroit tous les jours, votre cerveau dépensera une énergie folle à s’adapter.

Lisez sur l’histoire des maths

Les mathématiques sont surement une des sciences les plus anciennes ! Vous trouverez moultes histoires capables de vous motiver, de vous donner l’envie de réussir !

On en parlera dans un autre article plus en détail.

Faites-vous aider (I) : Internet

Internet est une mine d’or inépuisable pour trouver de l’aide en mathématiques (après tout c’est là que vous avez trouvé ce guide).

Faisons une petite étude de cas. Voici l’exercice suivant :

un exemple d'exercice vraiment dur

Cet exercice est vaiment dur. Vous n’y arrivez pas. Vous demandez donc de l’aide a votre meilleur ami en tapant n’importe quel bout de l’énoncé :

la recherche goo

Eh bien le premier résultat qui arrive c’est le bon ! (et je vous assure qu’on a pas triché )

correction sur google

Vous avez même le choix entre une vidéo et une correction pdf !

Faites-vous aides (II): trouvez un professeur.

Si vraiment, ça ne marche toujours pas, il est peut-être temps de se trouver un professeur.

Et il se trouve, que comme par hasard, nous avons ça. Je dirais même mieux, nous proposons les meilleurs cours de maths à Toulouse. Sans mentir, nous faisons tout cela avec amour, comme nos corrections, et nos articles.

Laisser un commentaire